TURZO - Sculpteur

En tant qu’artiste, ma recherche dans le domaine des arts plastiques se dirige dans l’interprétation de notre monde actuel avec ces influences, bonnes ou mauvaises. Je le traduis par la recherche de formes rondes, compressées, détournées voire déformées. Sois-je pars d’une forme abstraite que je viens déformer par la main avec ses empreintes qui curieusement devient une forme d’apparence figurative (animalier ou humain) ou je pars d’un modèle figuratif que je métamorphose pour le rendre plus abstrait, ce qui crée une ambivalence dans mes pièces. A la fois en mouvement et immobile, tantôt ludique tantôt tactile.

L’intégration de mes mains dans mes œuvres comme la marque d’une empreinte, l’emprise du temps, le formatage que nous subissons tout au long de notre vie. J’utilise principalement le monde animal dans mes sculptures pour représenter l’humain dans toute sa diversité, sa complexité et ses comportements.

J’expose mon travail, depuis 1996, dans de nombreuses expositions tant en France qu’à l’étranger (Allemagne, Autriche, Royaume-Uni, Japon, Canada et Chine) dans lesquelles j’ai obtenu de nombreuses récompenses.

Membre fondateur d’ArtCeram « Terres d’Empreintes » qui organise des biennales sur la céramique au SEL de Sèvres (92310) et membre du bureau du Cercle des Artistes de Paris, qui organise des expositions au Parc Floral de Paris (Bois de Vincennes) et une à Shanghai en Chine. 

– Acquisitions par trois municipalités :

  • Montmagny (95) de mon œuvre «Marianne»
  • Chaville (92) de mon œuvre «Marianne»
  • Palaiseau (91) de mon installation «Liberté…»

Les Expositions

– FLUX Exhibition-Chelsea Collège of Arts à Londres
– au salon des artistes français, Grand Palais à Paris 8ème
– à la galerie Univers du Bronze (UDB), Paris 8ème
– au salon d’automne, Paris 8ème
– avec le  mouvement Intuitiste à Reims et à Saint Quentin
– avec l’association L’ art O’Contemporain, Orléans (41)
–  invité d’honneur au salon d’art de Palaiseau,
de Ste Geneviève des Bois et de Chanteloup en Brie.
–  à La Galerie 7’L  au  Pouliguen et à La Baule (44)
– au Palais de Schönbrunn à Vienne (Autriche)
– à Obertshausen (Allemagne)
– à la galerie Ming Yuan Center à Shanghai (Chine)
–  à Iwaki, à Utsukushima et  avec un céramiste à Kobé (Japon)
– Parcours des Arts à Orbec (14)

 

– rencontre de Sculpture Contemporaine à Etaples (62)
– aux Frigos de Paris 13ème
– à l’espace Pierre Cardin (75)
– salon d’art de Châtillon (92), au Parc Floral de Paris,
au château royal de Villemomble (93)
– à la biennale de Céramique internationale à Sèvres (92)
– à la biennale «Sculptures en Ile de France» de Montmagny

Expositions personnelles
– au Moulin de Fréteval (41) et à Blois (18)
– à Sèvres dans le cadre de la Journée de la Femme,
– dans le showroom Noseason Paris 3ème
– à Plailly (60)
– à la galerie de la société des poètes français Paris 6ème

interview

réalisé pour le site bybeton.fr/ pa Mr Joyeux  

Vous travaillez le bronze, la porcelaine…

J’ai une formation initiale de ciseleur sur bronze avec une expérience de dix ans dans une fonderie d’art prestigieuse : la fonderie Susse. Un ancien artisan, meilleur ouvrier de France de la fonderie Alexis Rudier – le fondeur de Rodin –, m’a enseigné la technique du moulage au sable naturel que j’emploie aujourd’hui pour réaliser certaines pièces en béton. Elle permet de donner un aspect lissé aux œuvres. Puis je suis entré à la manufacture de porcelaine de Sèvres comme encasteur, pour “monter et surveiller les fours”. J’y ai travaillé le dessin, l’histoire de l’art et surtout le modelage car on est élève pendant trois ans quand on débute à Sèvres.

… Pourquoi le béton ?

Le béton est omniprésent autour de nous, j’ai eu envie de le tester. Du sable, des cailloux et du ciment mélangés dans une gamelle : c’est comme cela que mon premier tirage est né avec ma sculpture L’ambigu. Elle a demandé trois semaines de séchage. À partir de là, je me suis documenté et j’ai découvert toute la palette du béton. En mettant de la résine à la place de l’eau j’ai obtenu un matériau plus résistant qui ne nécessite pas de ferraillage car le béton est fibré de l’intérieur. J’ai testé au moins quarante recettes de béton différentes !

Vous travaillez des formes rondes

Mon travail est inspiré par l’idée de l’empreinte, la transformation de la terre, aussi bien la glaise que la planète, par l’homme. Comme l’architecte marque le territoire et déforme notre entourage, je prends de la terre à modeler et crée des formes abstraites contrariées par ma main qui y laisse son empreinte. Les formes que je réalise sont très tactiles. Peu importe que le résultat soit figuratif ou abstrait. Les oiseaux sont nés de mes essais de béton : une quarantaines de couleurs et de textures différentes, démoulés plus ou moins tôt. L’idée des arbres et des cages ouvertes est née de l’envie de mélanger le béton et l’acier.

Et les techniques que vous utilisez ?

Certaines œuvres, Laisse-moi par exemple, ont une armature d’acier sur laquelle je monte un noyau de polystyrène. Je l’enduis d’un béton que je sculpte frais. Pour d’autres pièces, je réalise un agrandissement en terre et un moule en plâtre dans lequel le béton est estampé. La recette “maison” pour ces moules, plus économiques que l’élastomère, met en œuvre des couches de gomme laque, de cire et de l’alcool vinylique. Je conserve volontairement la marque du moule dans toutes mes sculptures de béton. Longtemps, l’artisan et le sculpteur se sont bagarrés en moi. Déformé par mes années de moulage, je m’interdisais des choses. Maintenant c’est fini : je crée et on verra la technique plus tard !

Des expositions en vue, des projets ?

J’ai imprimé des pièces en plastique 3D, j’aimerai à présent essayer l’impression en béton. On m’invite souvent à exposer mes sculptures, à Londres, en Chine, au Japon, en Autriche et en Belgique. À Paris j’expose au Salon d’Automne. En décembre, je vais présenter mes séries d’arbres à la Société nationale des Beaux-arts (SNBA), au Carrousel du Louvre. Mes futurs œuvres sortiront des murs comme des appliques avec mes oiseaux de béton arrachés à la terre tout prêts à s’envoler.